CONCOURS | De Grains & De Pixels | PHOTO-BLOG |

DE GRAINS & DE PIXELS

Photo-Blog : Tweetez, likez & plus si affinités

INSTAGRAM SUMMER CONTEST

2G&2P| SAPTAF | @ |12
Pendant mes vacances d'été, j'adore écrire des cartes postales, oui, à l'ancienne.
Peut-être que vous aussi et que vos amis seront contents de les recevoir !
En plus, pour célébrer les vacances, le cap des 1500 followers Instagram, les 15 ans De Grains & De Pixels, je vous propose de gagner des cadeaux sympas pour les photographes.

A partir du 01 et jusqu'au 30 juillet, il vous suffit de vous rendre sur
mon profil Instagram, tout y est expliqué et c'est très simple :

SAPTAF_ASAPTAF_BSAPTAF_C


Bonne chance à tous, Bonnes Vacances !


Appel à candidatures – Prix HCB 2015

blogEntryTopper

Décerné tous les deux ans par la Fondation Henri Cartier-Bresson, le Prix HCB est une aide à la création de 35.000 euros destinée à un photographe ayant déjà accompli un travail significatif dans une sensibilité proche du documentaire.

Le candidat doit être présenté par une institution (galerie, musée, éditeur).
Dans les dix-huit mois suivant sa nomination l’œuvre du lauréat sera exposée à la Fondation HCB à Paris et un catalogue sera publié à cette occasion.

Le lauréat du Prix HCB 2015 sera désigné en juin 2015 par un jury international.

Dépôt des dossiers du 2 mars au 30 avril 2015

Le Prix HCB est rendu possible grâce au soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.

© Texte : Fondation H.C.B
© Photo : H.C.B / Magnum


Les lauréats 2015 du Prix HSBC

blogEntryTopper

Le prix HSBC récompense tous les ans depuis 1995 deux talents émergents de la photographie. Chaque édition a son conseiller artistique attitré, chargé de présélectionner une dizaine de photographes qui seront soumis au Comité Exécutif HSBC. Cette année c'est le directeur du musée Nicéphore-Niépce, François Cheval, qui a eu la lourde tâche de choisir douze candidats parmi plusieurs centaines de dossiers. Et c'est avec plaisir que nous découvrons les lauréats 2015, Maia Flore et Guillaume Martial. François Cheval a affirmé sa volonté de présenter un ton nouveau, celui de la légèreté et de la fraîcheur. Chez Fisheye, on adhère complètement.

Honneur aux dames, commençons par présenter Maia Flore. Née en 1988, Maia Flore réside à Paris. Diplômée de l'École des Gobelins en 2010, sa première série « Sleep Elevations » est présentée au festival Circulation(s) en 2011, puis à San Francisco en 2014. Ses images ont été publiées dans Libération, Le Figaro ou encore The New Yorker. Maia Flore n'hésite pas à se mettre en scène dans ses photos, utilisant son corps et ses cheveux comme modèles pour ne faire qu'un avec son environnement.

Basé à Lyon, Guillaume Martial est né en 1985. Patineur artistique de haut niveau pendant 10 ans, il se dirige finalement vers des études supérieures de cinéma. Ses courts métrages sont primés dans plusieurs festivals en France et à l'étranger. En 2014, il est finaliste pour le prix PHPA et le prix international Emergentes DST au Festival Encuentros de la Imagen au Portugal. Avec son physique d'ancien athlète, Guillaume Martial serait bête de rester derrière la caméra. Mais nous sommes loin d'une pose façon Dieu du Stade, le photographe mettant son corps en scène pour reprendre des formes contraignantes et géométriques.

Guillaume Martial
© Photo N°1 Maia Flore – Agence Vu'
© Photo N°2 Guillame Martial
© Texte Fisheye Magazine


VIPA 2013, appel à candidatures

blogEntryTopper

Consacrés à la photographie documentaire, les
Vienna International Photo Awards 2013 récompensent chaque année le travail des photographes dans trois catégories : Professionnel, Amateur et Smartphone. En plus de recevoir des prix d'une valeur totale de 9 000 euros, les lauréats seront exposés à Vienne et seront publiés dans le catalogue officiel VIPA 2013. 

Lancés en 2011, les Vienna International Photo Awards (VIPA) visent à "attirer plus d’attention sur la photo documentaire en Autriche et dans le monde," précisent les organisateurs dans un communiqué de presse. "Nous voulions que VIPA soit différent car nous mettons l’accent sur un créneau particulier situé entre la photo de presse et la photo d’art  qui est souvent laissé à l’écart. Le côté unique de la photo documentaire réside dans  le fait qu’il couvre une large variété de thèmes,  de  ses caractéristiques iconographiques distinctes et de la pluralité de ses perceptions qu’on ne retrouve ni dans la photographie de presse, ni dans la photographie d’art."
En 2012, la photographe italienne Antonella Monzoni et les photographes français Julie Glassberg etJacques Borgetto ont été les trois gagnants de la première édition des Vienna International Photo Awards 2012 pour la photographie documentaire.
Cette année les photographes professionnels et amateurs sont invités à concourir dans trois catégories : Professionnel (prix de 4.000 EUR), Amateur (prix de 3.000 EUR) et Smartphone (prix de 2.000 EUR). Date limite de candidature : 30 avril 2013.
Le concours sera jugé par un jury international de commissaires d’expositions, directeurs de galeries et photographes : Antoine D'Agata (France), Catherine David (France), Jean-Baptiste Joly (Allemagne / France) Thomas Köhler (Allemagne), Laura Serani (Italie) et Anna Zekria (Russie).
Pour la première fois, VIPA lance également un concours nommé Photo de la Semaine. Les photographes sont invités à soumettre une seule image chaque semaine. Chaque samedi, une galerie des photos sélectionnées sera affichée en ligne et soumise au vote du public. La photo la plus votée sera publiée dans le catalogue de VIPA et fera  partie  de  l'exposition  des lauréats  à  Vienne. Pour plus de détails et s’inscrire en ligne : http://www.thevipawards.com. 
Crédit photo : Antonella Monzoni (c)

Voies Off : inscriptions On

Fondé par Christophe Laloi il y a 18 ans, le festival Voies Off des Rencontres d'Arles propose un regard alternatif sur la photographie émergente et permet, grâce à une programmation riche et originale, de suivre les évolutions du monde contemporain.
Une vingtaine de nationalités sont représentées lors de chaque édition, et près de 60 candidats sont projetés dans le cadre du festival. 
En 2011, le photographe allemand Christian Kryl avait remporté le prix pour sa série Top of the world, un portrait sans fard de la petite ville suisse de Saint-Moritz et ses touristes fortunés.   

Inscriptions et dépôt des dossiers en ligne : http://www.voies-off.com/inscrire/

Ouverture des inscriptions : du 30 novembre 2012 au 30 janvier 2013

blogEntryTopper

© Alfonso Almendros, sélection Prix Voies Off 2012.

Prix objectif développement

blogEntryTopper

Source de rencontres et de richesses, territoire où se croisent hommes et réseaux, décor de promiscuité et d’anonymat, espace d’activité et d’échanges, la ville est aujourd’hui le lieu où se rassemble plus de la moitié de l’humanité. Mais de quelle ville parlons-nous ? Des mégalopoles, de plus en plus cernées de bidonvilles ? Des villes moyennes, plus discrètes, mais dont la progression de la population est la plus forte ? Quel regard portons-nous sur ces villes que nous traversons, dont nous utilisons les ressources et que nous partageons avec les autres ?

Proposez votre vision de l’homme au cœur de l’espace urbain !

Aujourd’hui plus de 50 % de la population mondiale habite dans une ville, contre seulement 30 % en 1950. Cette proportion ne cesse de croitre et à grande vitesse : près de 200 000 personnes viennent grossir chaque jour les villes. En 2050, la population urbaine représentera 70 % de la population mondiale, dont une grande majorité de pauvres. Avec des conséquences graves en termes de santé, d’éducation et d’environnement…

Ce concours photo vous offre la possibilité de donner votre vision sur l’ailleurs par rapport à l'urbanisation, en un ou plusieurs cliché(s). Pas de règle imposée sur l’interprétation du thème !

Prix, règlement et participation : www.objectif-developpement.fr

Le photographe Reza organise un concours international de photos pour les enfants !

blogEntryTopper

L’éducation visuelle est au cœur de l'engagement de Reza depuis plus de trente ans. Il est convaincu que l’image est un langage universel qui raconte l’humain au cœur de ses combats et de ses joies. C'est dans la continuité de cette action de sensibilisation des jeunes générations que Reza a décidé avec l'ONG IDEA (International Dialogue for Environmental Action) d'initier un projet de e-learning grâce à un concours international de photographie. Un évènement qui a pour objectif de faire prendre conscience aux plus jeunes, à travers l'usage du medium photographique, de questions environnementales majeures, et plus largement de les inciter à regarder le monde autrement.

Ce concours se déroule sur le site web www.childrenseyesonearth.org/ jusqu'au 5 septembre 2012, il est ouvert à chaque jeune de moins de 17 ans. L'inscription au concours est rapide, simple et gratuite. Le participant créé un profil d'inscription puis télécharge au moins deux photos illustrant "I love nature, I fear pollution". Toutes les photographies devront être au format numérique et soumises uniquement sur le site officiel du concours. Un jury international présidé par Reza et composé de photographes et d'experts internationaux sélectionnera les lauréats selon des critères d'originalité, de créativité, de qualité et de pertinence par rapport au thème "I love nature, I fear pollution". Les résultats du concours seront annoncés le 15 septembre 2012. Un prix spécial "Votre choix" sera décerné par un vote du public.

Les prix du concours :

- 1er Prix : une caméra SLR, un ordinateur portable et une imprimante photo
- 2eme Prix : une caméra SLR, un iPad et une imprimante photo
- 3eme Prix : une caméra SLR et une imprimante photo
- Prix spécial du public : une caméra SLR et une imprimante photo.

En plus de ces dotations, un voyage à Bakou en Azerbaïdjan leur sera offert pour exposer leurs photos lors d'un festival. Ce voyage sera également l'occasion pour eux de participer à un atelier photo personnalisé avec Reza.

De nombreux partenaires se sont associés à ce concours : le National Geographic Kids Magazine (Royaume-Uni), l'Organisation mondiale de la photographie (WPO), FOTOEVIDENCE, le Ministère azéri de la Jeunesse et des Sports, Social Documentary.net, Webistan Photo Agency et l'ONG AinaWorld.

Pour en savoir plus : www.childrenseyesonearth.org/

Denis Darzacq lauréat du Prix Niépce 2012

blogEntryTopper


Denis Darzacq, membre de l’Agence Vu’ depuis une vingtaine d’années et représentée par celle-ci, est le lauréat du prix Niépce 2012, décerné jeudi 8 juin 2012.
Chaque année depuis 1955, le prix Niépce, « Goncourt de la photographie » distingue l’œuvre d’un photographe français confirmé âgé de moins de 50 ans. Le Prix Niépce dont MK2 est mécène, est soutenu par la Bibliothèque nationale de France, le ministère de la Culture et de la Communication et par l’atelier Label image.
Denis Darzacq est auteur de multiples séries photographiques, dont la cohérence ne cesse de s’affirmer au fil du temps. On remarque en effet une certaine obsession pour le vivre ensemble :Ensemble, Bobigny centre-ville, Nu, La chute, Hyper. Originellement issu du photoreportage, il dresse patiemment une véritable fresque des nouvelles réalités urbaines. Il photographie des corps et s’interroge sur la place de l’individu dans la société, entre singularité et appartenance à un groupe, contraintes sociales, économiques et affirmation d’une liberté à préserver. Refusant de s’appuyer sur des conventions de la représentation du réel, il imagine de nouvelles formes de mises en scène à chacune de ses rencontres.

© Denis Darzacq

Le photographe de l'AFP Massoud Hossaini distingué par un prix Pulitzer

Le photographe de l'AFP Massoud Hossaini a été distingué lundi à New York par un prix Pulitzer, l'une des récompenses américaines les plus prestigieuses en matière de journalisme, pour la photo d'une fillette en pleurs après un attentat suicide à Kaboul en décembre.

Ce prix, dans la catégorie "photographie breaking news", récompense la photo "déchirante d'une fillette pleurant de peur, après un attentat suicide à Kaboul", a précisé le jury. C'est la première fois que l'AFP remporte un prix Pulitzer.
"Une simple photo, fascinante, dont on se souvient longtemps", a déclaré lors d'une conférence de presse le responsable du prix, Sig Gissler.

Dans un message de félicitations, le PDG de l'Agence France-Presse, Emmanuel Hoog, a estimé que "le prix Pulitzer qui honore cette année l'un des plus courageux et brillants journaliste-photographes de l'AFP, Massoud Hossaini, montre combien notre exigence de qualité et d'engagement couvre et doit couvrir toutes les disciplines du talent journalistique d'aujourd'hui. Bravo et félicitations à Massoud Hossaini".

"Aujourd'hui, dans le domaine de l'information, le texte sans image est pauvre, l'image sans texte est insuffisant, les deux rassemblés --et pour l'image, qu'elle soit fixe ou animée-- constituent l'exigence journalistique du XXIe siècle", a-t-il ajouté.

De son côté, Massoud Hossaini s'est dit "extrêmement heureux d'être le premier Afghan à remporter un Pulitzer". "Je suis aussi honoré d'être un Afghan qui puisse témoigner de la vie et des moments difficiles auxquels les gens font face ici. Je sais que quiconque verra cette photo pensera d'abord au photographe, mais j'espère vraiment qu'ils n'oublieront pas la souffrance endurée par le peuple d'Afghanistan".

Massoud Hossaini, 30 ans, photographe du bureau de l'AFP dans la capitale afghane, y couvrait une procession chiite le 6 décembre dernier lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser.

"Je couvrais les célébrations de l'Achoura, au cours desquelles des hommes se flagellent avec des chaînes (terminées par des lames), quand soudain il y a eu une énorme explosion", avait à l'époque raconté le photographe. Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées pour assister à la procession, près d'un sanctuaire chiite dans le centre-ville.

"Les gens s'enfuyaient et moi je courais dans le sens inverse", avait ajouté Massoud Hossaini, qui s'était précipité vers le lieu de l'explosion, survenue quelques dizaines de mètres derrière lui pendant qu'il photographiait la procession. "Immédiatement, j'ai vu de nombreux corps par terre, beaucoup de gens en pleurs, d'autres prenaient des photos ou des films avec leurs téléphones portables, des gens criaient +A mort Al-Qaïda!+, +A mort les talibans!+".
L'attentat avait fait près de 70 morts, le plus meurtrier en Afghanistan depuis un attentat contre l'ambassade d'Inde en juillet 2008.
C'est elle qui figure sur la photo qui a valu le Pulitzer à Massoud Hossaini.

Cette photo lui avait déjà valu d'être distingué au World Press Photo Award 2011, en février dernier, avec le deuxième prix dans la catégorie "Information".

blogEntryTopper

Le World Press Photo décerné à Samuel Aranda

blogEntryTopper

Le photographe espagnol Samuel Aranda a remporté le World Press Photo Award 2011 pour un cliché pris au Yémen montrant une femme portant le voile intégral et tenant dans ses bras un proche blessé.

SOURCE : http://www.liberation.fr/medias/11011847-le-world-press-photo-decerne-a-samuel-aranda#s1

SELECTION WORD PRESS 2012 : http://www.lefigaro.fr/culture/2012/02/10/03004-20120210DIMWWW00443-la-compassion-au-coeur-du-world-press-2011.php

Leonora Hamill et Éric Pillot récompensés par le 17e prix HSBC

Le prix HSBC pour la photographie récompense chaque année deux photographes.

Pour le prix 2012, 500 photographes ont participé au concours et ont envoyé pas moins de 10 000 photographies. Le jury en a retenu 13, puis deux lauréats ont finalement été désignés : Leonora Hamill et Éric Pillot. Pour le conseiller artistique de cette 17e édition, le critique d’art espagnol Rafael Doctor Roncero, ces propositions traduisent selon lui autant de «façons de penser la photographie».

Avec Art in Progress, la franco-britannique Leonora Hamill a mené «une étude de la condition humaine à travers une typologie concrète de ses espaces : les écoles d’art et leurs ateliers d’artistes», selon Roncero.Pour lui, «il s’agit sans doute d’un grand travail, auquel s’ajoute une importante charge sociologique, où l’on perçoit la recherche d’une esthétique froide capable de présenter de la manière la plus directe ces espaces habituellement surchargés d’éléments et de formes.» Née en 1978, Leonora Hamill vit et travaille entre Londres et Milan. Elle est diplômée du Royal College of Art de Londres. Elle a déjà été primée à plusieurs reprises.

Avec sa série, In situ, le Français Eric Pillot a posé «son regard sur les animaux vivant en captivité près de nous en tant qu’éléments d’attraction pour nos loisirs», et a dressé un «portrait de l’état de désolation de ces êtres vivants», à l’intérieur de ces zoos, explique Rafael Doctor Roncero. Né en 1968 dans le Pas-de-Calais, Eric Pillot vit et travaille à Paris. Après des études scientifiques (Ecole polytechnique, agrégation de mathématiques), il s’est formé à la photographie auprès de Bernard Plossu, Paul den Hollander et Jean-Claude Bélégou.

Comme chaque année, les deux lauréats bénéficieront chacun d'une exposition itinérante de leurs œuvres dans quatre lieux culturels en France et/ou à l’étranger, ainsi que la publication d'une monographie éditée aux éditions Actes Sud. Par ailleurs, HSBC France acquiert six œuvres minimum de chacun des lauréats pour son fonds photographique. En 2011, le prix avait récompensé la Mexicaine Alinka Echeverria et le Chinois Xiao Zhang.

blogEntryTopper

SOURCE : http://next.liberation.fr/arts/01012390623-photo-leonora-hamill-et-eric-pillot-recompenses-par-le-17e-prix-hsbc
CREDIT PHOTO : Singe et Portrait d'Eric Pillot