CHINE | De Grains & De Pixels | PHOTO-BLOG |

DE GRAINS & DE PIXELS

Photo-Blog : Tweetez, likez & plus si affinités

CHINA ON THE ROCKS

2G&2P | CHINA's STREET | @ | B&W |01
🎞STORY : CHINA’S STREETS | 🇨🇳📷⛩ | CHINA ON THE ROCKS ! |
Nikon D70 + Luminar app. | Numérique noir & blanc - 30 photographies | Série : Avril 2017 - Shooting : Mai 2008 | SHANGHAI - SUZHOU - GUILIN - XIAN - PEKIN | CHINE

🏷TAGS :
#streetphotography #streetshot #streetphotographers #streetlife_award #ic_streetlife #street_photo_club #streetdreamsmag #streetscape

couvrir la série

© Photo : Nicolas Duflos

A year in the light of China's night

Calendrier 2017 China of the Light

Sans titre23

2017 : A year in the light of China's night
Calendrier réalisé à partir de photographies extraites de la série “CHINA OF THE LIGHT”

Nikon D70
Numérique Couleur
Graphique 12 photographies
Mai 2008 CHINE

© www.degrainsdepixels.fr & www.redbubble.com | Photographies by N.Duflos

#calendar #2017 #artistic #asia #china #beijing #red #xian #shanghai #wallofchina #citeprohibited #bund #summerpalace #templeofheaven #pearloftheorient #tiananmensquare #gravesofming #nankin #greatpagodaoie #gulin #liriver #imperialchina #thetempleofheaven #ming #yangshuo #zhujiajiao #backriceterracesofthedragon #nuit #cabaret #discotheque #karaoke #neons #casino #night #disco #bar

Le plastique c'est fanstastique !

Richard_John_Seymour-Yiwu_44

Passionnante plongée (photographique) à Yiwu dans la province de Zhejiang, temple (chinois) de la production de masse de jouets en plastiques et fleurs synthétiques. La sur-abondance ainsi visible en dit peut-être aussi un peu plus sur le monde dans lequel nous vivons …

Richard John Seymour a été sélectionné par "Tate collective" comme l'un des 10 talents émergents de moins de 26 au Royaume-Uni.

"
Thousands of stalls like this exhibit multiple and slight variations on a particular item. Each individual seller occupies a space consumed by the very items that make them their living. They sell orders by the thousand to be exported across complex logistics networks, disseminated to a world of dispersed consumers.

This collection represents about 10% of this series, and less than 0.1% of Yiwu's stalls. These images become analogous to the relentless production of the consumer items themselves, and extend the idea of the 'photo project' beyond a collection of individual images and into a conceptual artwork in it's entirety, raising questions about the nature of value, economies of scale, and human labour.

This project was in collaboration with The Unknown Fields Division, a nomadic design studio, run by Kate Davies and Liam Young, that ventures out on expeditions to the ends of the earth to explore peripheral landscapes, industrial ecologies and precarious wilderness. These distant landscapes – the iconic and the ignored, the excavated, irradiated and the pristine – are embedded in global systems that connect them in surprising and complicated ways to our everyday lives.
"

© Photo : Richard John Seymour | Yiwu Commodity City

Découvrir le travail photographique de Richard John Seymour

China 2050 - Benoît CEZARD

La série China 2050 a fait le buzz sur le web chinois en suscitant de nombreuses conversations sur Weibo. Derrière ce travail se cache un photographe français, Benoit Cezard, qui possède un regard plutôt aiguisé et joue avec les stéréotypes et l’ironie.

Benoit Cezard, 30 ans au compteur, s’en est allé un jour jouer de la musique en Chine avec son groupe, puis il a oublié de revenir. Il habite là-bas depuis maintenant six ans et enseigne la langue de Molière dans la ville de Wuhan. Musicien, il est également passionné par la photo. Et en la matière, sa dernière série, China 2050, est remarquable. "J’ai lu que ce pays deviendrait dans un futur proche la première puissance économique mondiale". C’est le point de départ de son travail et de ses premiers pas dans la staged photography qui met en scène des acteurs. "Pour les premières photos, j’ai demandé à de très bons potes, et après, comme j'avais déjà des photos à montrer, c’était plus simple de faire comprendre mon idée aux gens."

Ces photos nous projettent dans le futur, mais elles possèdent un sens profond."En imaginant le déclin de l'Occident et l’avènement de la Chine, j’ai voulu mettre en images l’histoire de l’arroseur arrosé. Les Occidentaux se retrouvent à faire des boulots durs en Chine". Cezard précise que dans les rues on croise de partout "des travailleurs migrants qui viennent des campagnes pour travailler en ville (chantiers, usines, ndlr) et leurs conditions sont très difficiles".

Ce "travail sur l’Occident" est aussi une "manière détournée de leur rendre hommage". Il faut savoir que dans l’Empire du Milieu, le travail, au même titre que la famille et la réussite sociale, sont des valeurs importantes. "En toute modestie, cette série a fait son buzz ici. Sur les réseaux sociaux chinois (Weibo), les photos ont déclenché des discussions et des réactions sur la place des étrangers en Chine, les conditions des travailleurs migrants, les actions des Chengguan, une sorte de police qui persécute les vendeurs à la sauvette." Le photographe autodidacte précise également qu’il "joue" avec le "sentiment nationaliste" de certains chinois. Cela peut les flatter au premier degré, "mais beaucoup ne sont pas dupes et comprennent bien l’ironie de mon travail. Ils ne regardent pas tous les journaux d’état et le journal télévisé de CCTV, le TF1 chinois."

Là où on pourrait voir une prédiction géopolitique, Benoit Cezard précise qu’il s’agit plus d’un scénario de science-fiction : "J'imagine mal un Français venir en Chine pour travailler sur les chantiers ou devenir manutentionnaire dans une usine. Puis, je ne souhaite pas le déclin de l’Occident." Et d’ailleurs, est-ce qu’il entrevoit celui de ce géant qu’est la Chine ? "Ici est là, on commence déjà à entendre parler des premières délocalisations d’usines chinoises, des revendications salariales. La croissance est surtout visible dans les grandes villes. Les nouveaux riches et la classe moyenne ont une fièvre acheteuse, mais j’ai peur que le pays rencontre des tensions sociales. L’écart entre les riches et les pauvres, les conditions des travailleurs migrants, les scandales alimentaires, les préoccupations environnementales et la corruption sont des défis à relever."

Et pour prolonger cette réflexion autour de la place de la Chine, Benoit a attiré l’attention de Fluctuat sur l’univers d’un duo formé par Liyu et Liubo, des photographes domiciliés dans sa ville, Wuhan, à environ 1000 kilomètres de Pékin. Egalement à classer dans le domaine de la Staged Photography (et pas que), ils travaillent à partir des médias et leur univers pourrait inspirer un film à David Lynch.

blogEntryTopper

© PHOTOS : Benoït Cezard

Magie de Noël ?

blogEntryTopper

En pleine période des fêtes, il convient parfois de retourner aux origines. C'est ce qu'a fait le photographe américano-allemand Michael Wolf, en allant à la rencontre de ceux qui fabriquent les jouets Made in China. The Real Toy Story offre à voir les difficiles conditions travail de ces employés mal payés.

En 2010 en Chine, le salaire moyen mensuel de ces travailleurs, heures supplémentaires comprises, était d'environ 240 dollars (environ 185 euros). En 2009 seulement, environ un million de travailleurs ont subi des blessures industrielles et 20.000 personnes ont été victimes d'une maladie professionnelle.

http://photomichaelwolf.com/#the-real-toy-story-factory-workers-portraits/16

Pékin Underground

blogEntryTopper

Pékin change vite. Sa scène artistique aussi. Encore souterraine et balbutiante dans les années 90, elle est sortie de la clandestinité au fil des années 2000 pour devenir “mainstream”. Le projet multimédia “Pékin Underground” raconte cette mutation dans un ambitieux webdocumentaire coproduit par Coogan, Dailymotion et Hikari Films, en partenariat avec le CNC, le Centre national du livre, Thinking Hands, Canon et Polka Magazine. Les auteurs, Alain Le Bacquer, photographe indépendant et documentariste, et Mihai Zamfirescu-Zega, scénariste interactif et producteur de contenus multimédias, tirent le portrait d’une Chine moderne et conquérante. Avec ses succès, ses échecs et sa capacité à résister.
Découvrez le webdocumentaire "Pékin Underground"
© PHOTOS : Alain Le Bacquer

Oriflammes & Dragons

blogEntryTopper

Soyez ambitieux et entreprenant, allez de l'avant... Année épuisante. Année brillante. Décoration. Grande fête. Victoire (ou défaite) spectaculaire... Attention aux incendies. Année favorable aux réussites brillantes, que ce soit à la guerre ou dans un autre domaine, comme le domaine politique... Mais ces réussites sont en général illusoires. Si votre enfant naît dragon, vous n'aurez pas à vous en faire pour lui... sauf s'il naît un jour d'orage... Alors, attention!

Oriflammes & Dragons
25 photographies numériques couleur
Paris, 13ème arrondissement
Février 2007


27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000">

Découvrir la série
© PHOTOS : Nicolas DUFLOS
© TEXTE : Chinadaily





Le livre de l'été

Photo-périple dans un pays où le travail c'est la santé ( "China factory" ), où il est conseillé d'éteindre les lumières pour y voir plus clair ( "China of the light" ), où la Chine ne ressemble pas toujours à la Chine ( "China or not ?" ) mais où la Chine n'est pourtant jamais bien loin ( "There is china !" ) ...
Lire la suite ...

Back from CHINA

blogEntryTopper

1 D’abord se rassurer : vider les cartes mémoires et espérer que dans ce qui n’est pour l’heure qu’un fatras de photos il y aura « de quoi » faire une série ...
2 Faire semblant d’avancer : 1223 photos ça donne le vertige ! alors il faut séparer le bon grain de l’ivraie et se débarasser des souvenirs de voyage encombrants ...
3 Prendre ses responsabilités : des photos « intéressantes » (445) ne retenir que celles qui participent à une Histoire, qui offrent une Originalité, qui s’inscrivent dans une Cohérence ... à la rédaction du cahier des charges, ça paraît simple, mais c’est bien le plus dur qui commence ...
4 Peut-être vous surprendre : c’est l’objectif assumé de cette série en devenir Happy lire dans votre regard, comprendre de vos commentaires que vous ne vous attendiez pas à « voir » la Chine sous cet angle là ...
5 Vous donner rendez-vous : car aujourd’hui, je ne vous en dirai pas davantage car si vous avez bien tout suivi, la ligne d’arrivée est encore loin, et l’effet de surprise étant mon graal, je vous dis à bientôt in CHINA or NOT !